Un rêve si réel

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Un rêve si réelJe viens de faire un rêve si chaud que je me suis réveillé l’entrecuisse trempée.Ca semblait si réel que j’en ai joui.Vous allez me dire que c’est ridicule. Peut-être mais c’est ainsi.Ce rêve a été si intense que j’ai envie de vous le raconter. J’espère que je vais réussir à trouver les mots pour vous le rendre le plus concret possible.Après avoir roulé très longtemps au milieu d’une foret sans fin, J’arrête ma voiture devant le portail d’une maison ressemblant trait pour trait à celle d’Amityville. Le portail austère s’ouvre mystérieusement. Une voix venue de nul part m’invite à pénétré sur cette propriété et à entrer dans la maison.Aussitôt entrée, une homme à l’allure patibulaire me bande les yeux. J’ai une boule au ventre. Au lieux de m’enfuir, de prendre mes jambes à mon coup, je suis tétanisée, comme hypnotisée.Est-ce des réminiscences d’histoire d’O ? Mais je me vois dans ce rêve habillée d’une sorte de cape, et dessous un corset seins nus avec juste un string dentelles diaphane et des escarpins. Avant que j’ai le temps de réagir, on m’attache les mains derrière le dos. D’une poigne énergique, l’homme me sait un bras pour me conduire sans un mot dans une pièce où je reste un temps interminable à l’affût du moindre bruit. Je sursaute lorsqu’une main soulève mes cheveux et fait tomber la cape à mes pieds. Le métal froid d’un couteau se glisse entre ma peau et mon string qui est coupé d’un coup sec pour rejoindre ma cape au sol. Me voilà presque nue avec juste ce corset qui ne peut que mettre en valeur mes seins et mon pubis. Toujours sans un mot, une main mystérieuse me pousse dans le dos pour me faire descendre dans ce je suppose mobilbahis güvenilir mi être une cave. Une odeur d’humidité et de moisissures me submerge. Des mains appuie sur mes épaule pour me faire asseoir sur une chaise. Mais à ma grande stupeur je sens en même temps qu’on m’installe sur un volumineux godemichet qui me pénètre profondément le vagin. Ainsi empalée dans cette cave, je sens des présence autour de moi. On m’observe certainement. Mais combien sont-ils ? Y a-t-il aussi des femmes ? Que vont-ils faire de moi ? Toutes ces questions se bousculent dans ma tête. Tout à coup, le silence se brise. Une voix féminine me dit sur un ton qui me fait frissonner :« Sac à foutre, tu es ici pour servir de réceptacle à la semence des Maîtres. Tu va être investis par tous tes orifices de chienne que la nature t’a pourvu. La moindre protestation entraînera. Tu n’est plus une femme mais une femelle rabaissée en dessous de l’a****l, juste bonne à être un objet sexuel. »A ce moment, des dizaines de doigts me palpent,me fouillent. Un sexe force ma bouche, suivie d’un autre et encore d’un autre. La chaise sur laquelle je suis empalée doit laisser mon anus disponible car une brûlure fulgurante me fait comprendre qu’un énorme dard me sodomise.Je suis malmenée, défoncée par de multiple queues qui s’échange mes trous. Pas une parole n’est prononcée. Juste des grognement bestiaux de mâle se faisant plaisir sur une femelle sans défense. Tout à coup quelqu’un interrompt brutalement la débauche. Une main s’empare fermement d’un sein pour le pétrir tout en pinçant durement mon téton. Une morsure me fait comprendre qu’on vient d’y mobilbahis mettre une pince. Presque aussitôt, une autre vient prendre place sur l’autre téton. Puis c’est au tour de mes grandes lèvres. Un sexe monstrueux force ma bouche et s’enfonce à toucher le fond de ma gorge. L’engin se sert de ma bouche comme d’un sexe en de long va et vient profond. A moitié étouffée par cet engin, des larmes coulent sur mes joue et j’essaye de trouver comme je peux de l’air. Ma chatte et mes seins sont torturé par la brûlure des morsures des pinces. Le sexe baise ma bouche si profond que j’en ai des nausées. L’odeur de bougie chaude me fait comprendre la suite des choses que je vais subir. Mais le plus angoissant c’est ce silence.La cire chaude s’écrase sur mes seins et mon sexe avec une brûlure pus intense sur mon clito. Le martyre que je subis, se transforme petit à petit en torture délicieuse. Je commence à perdre la notion du temps. Soudain un fouet cingle dans l’air. Puis les coups pleuvent sur mes seins et ma vulve. Ces individus tente de faire sauter mes pinces et faire cracher la croûte de cire qui recouvre mes seins et ma chatte.Après un tel traitement on me libère pour me laisser un peu de repos pour les épreuves suivantes.Je suis attaché en croix. Offerte dans cette position humiliante, le silence est lugubre. La femme m’arrache mon bandeau. Une troupe d’homme m’admire, plus membré les uns que les autres m’admirent. Malgré ma position outrageusement indécente, je ne peux m’empêcher d’être fascinée par cette pièce au caractère moyenâgeux. Tout à la découverte des lieux, je reçois un premier coup de martinet sur les seins. Un autre mobilbahis giriş homme cingle mes cuisses avec une cravache. Ils prennent le temps à chaque coup d’observer mes réactions et les traces laissées par leurs coups. Je serre les dents pour ne pas crier. Mais mon corps réagit à la douleur des coups en laissant un filet de cyprine s’échapper de ma chatte offerte. On me flagelle avec une rigueur impitoyable. Mon ventre, mes cuisses, mes seins sont striés de marques rougeâtres. Je ne retiens plus mes cris entre douleur et plaisir. Je suis une vraie fontaine et une petite marre se forme au sol. Mes gémissement et mes cris réjouissent l’assistance. Mes contorsion sur cette croix sont d’un érotisme sans mesure. La seule femme du lot, s’approche de moi et me caresse les cuisse en remontant vers mon coquillage trempé. Maîtresse d’elle, cette femme au corps sculptural et presque nue semble très déterminée à m’utiliser. D’un coup, elle entre sa main dans mon vagin brûlant. Je pousse aussitôt un feulement de surprise et de plaisir douloureux. Elle me baise avec sa main et je me convulse dans mes entraves. Avec un v******e inouïe, mon orgasme monte et explose alors qu’elle pince mon clitoris durement.Ils me détachent et me soutiennent car mes jambes ne peuvent me supporter. Il m’allonge sur une table et là c’est la curée. Les queue entre et sorte utilisant tout les trous disponibles jusqu’à ce qu’ils éjacule sur moi ou en moi.Souillée de sperme et de sueur, la femme demande aux mâles une foi leurs couilles vidées de me conduire à la douche. Une foi propre, la femme n’en a pas fini avec moi.« Pisse dans la gamelle ! »Humiliée et épuisée, au bord des larmes, je ne me rebelle pas. Pendant que je pisse la femme se fait jouir en se faisant bouffer la chatte par un des mâle présent. Ces son cri de jouissance qui me fait sortir du rêve les cuisses trempée de mouille.J’en suis encore toute chose en vous narrant mon rêve coquin.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20